Accueil | Société | Actualités | Applications | Produits | Contact commercial | S.A.V. | Technique & conseils  
imprimer cette page

Assurer la sécurité avec une détection de gaz adaptée

Chaufferie_237x264.jpgDans une chaufferie, il faut assurer une détection rapide de toute présence anormale de gaz inflammable (gaz naturel, donc méthane, ou GPL selon le cas).

En cas d'alarme, la centrale de détection doit, au moins, assurer la fermeture de l'électrovanne d'alimentation de la chaufferie en gaz et transmettre une alarme pour prévenir et enclencher la procédure d'intervention.

Dans les petites chaufferies, une centrale de détection à seuil unique peut être suffisante, le système distalarm  210 convient.

Dans les chaufferies plus importantes et toutes celles couvertes par la norme NF 32-020, 2 seuils d'alarme sont nécessaires. Au seuil 1, on coupe l'arrivée générale gaz. Si le second seuil est atteint, on coupe l'énergie électrique. Dans ce cas, les systèmes distalarm  302  et   220  sont adaptés.

Il arrive également qu'il soit nécessaire d'agir en 3 temps. Au  seuil 1, on coupe la chaudière à l'origine probable du déclenchement et on transmet une alarme qui prévient les services d'intervention. Les 2 seuils suivants ont les mêmes fonctions que dans le cas précédent. Choisir le système distalarm  303.

Dans des cas particuliers, il faut se couvrir contre 2 risques potentiels à la fois. Typiquement une présence de gaz inflammable (ex: méthane) et une présence de gaz toxique (ex: CO). Choisir dans ce cas le système distalarm  323.

Nombre de points de détection et positionnement chaudieres.gifExemple d'une installation à 3 corps de chauffe.
Si l'espacement entre les chaudières ne dépasse pas 2m,
2 détecteurs seront suffisants

Prévoir :

  • 1 détecteur par chaudière, au droit du brûleur (si 2 chaudières sont proches et côte à côte, 1 point unique placé entre les 2 chaudières peut suffire);
  • 1 détecteur (ou plus selon la surface) en point haut de la chaufferie, si le combustible employé est un gaz léger (ex: gaz naturel);
  • 1 détecteur à proximité de la panoplie d'alimentation gaz (si besoin).


Prendre en considération la densité des gaz pour déterminer le positionnement des détecteurs (gaz naturel = densité < 1   GPL = densité > 1).


Organes périphériques commandés

  • Si l'électrovanne est à réarmement manuel, quelle que soit la cause de la fermeture, une intervention sera nécessaire pour la remise en service.
  • Si l'électrovanne est à réarmement automatique (ce qui reste possible dans les petits diamètres) et que le brûleur n'est pas du type à veilleuse simple, l'ensemble pourra redémarrer automatiquement après un incident d'alimentation électrique (ex: micro-coupure secteur). Par contre, en cas de fuite de gaz et de déclenchement de la centrale, la vanne doit, dans tous les cas, demeurer coupée jusqu'à intervention manuelle de réarmement sur la centrale. C'est la fonction d'automaintien. Les systèmes distalarm sont équipés (option sur 200, série sur 300) d'un dispositif de mémoire d'états qui assure même la conservation d'une alarme après coupure d'alimentation
     
    Dans toute la mesure du possible, la ou les centrales doivent être installées hors de la chaufferie ou de la zone considérée à risque.

    Les systèmes distalarm sont CE et conformes à la directive ATEX.